La Moravie de Napoléon
l'histoire d'Europe a portée de la main
mon excursion
4 / L´Obélisque dans le Parc Denis


GPS: 49.1908694N, 16.6056633E

4 / L´Obélisque dans le Parc Denis

précédant suivant

Le gouverneur morave, le comte Mitrovský initia la création du parc municipal nommé le Parc Denis en 1814. En 1818, on érigea solennellement l´obélisque en le remerciement de la fin des souffrances de la guerre. Il a une forme de pyramide quadrilatère et chaque coin est gardé par un quatuor de lions dorés. C´est le prince héritier autrichien, Ferdinand, qui fut le plus nerveux lors de son inauguration car il s´agissait de sa première présentation au public. Les événementsimportants de la bataille d’Austertlitz se défilaient devant les yeux du duc de Troppau (Opava) et du comte de Jägendorf (Krnov) Jean Ier de Liechtenstein, participant direct de la bataille qui commandait la cavalerie austro-prussienne à Austerlitz. C´est justement lui-même que l´empereur autrichien François I. envoya chez Napoléon avec la proposition de capitulation.

En l´honneur de François I., le parc s´appela d´abord Františkov (Franzensberg) ou de façon populaire « Franzl ». Plus tard, il changea de nom en hommage à l´historien français Ernest Denis, qui popularisa l´histoire tchèque et fonda même une bibliothèque tchèque à Paris. Vers la fin mai et juin, on tire chaque année des feux d´artifices du parc qui font partie de la compétition de feux d´artifices nommé Ignis Brunensis.

Les soldats occupèrent tout

Au temps de la campagne de Napoléon, Brünn et ses habitants connurent des moments difficiles. Après l´occupation de la ville, les généraux et maréchaux voulaient se reposer et occupèrent donc tous les bâtiments les plus luxueux. Les soldats se logeaient dans des maisons bourgeoises et dans des couvents. Mais ils ne pouvaient pas parler de vrai luxe car ils étaient de 20 à 25 par maison. Mais, c´était encore plus dur pour les propriétaires des maisons. Ces derniers étaient obligés de dormir sur les bancs, ou même par terre faute de place. En plus, les habitants de Brünn occupant les appartements du rez-de-chaussée devaient souvent quitter leur domicile au profit des chevaux. Mais ce n´était pas tout encore. Les bourgeois qui devaient loger les hôtes non-invités, étaient obligés de prendre en charge leur nourriture. En plus, la ville devait payer des réquisitions pénibles. Cela veut dire qu´on devait livrer aux Français 5000 paires de chaussures, chaque jour 26 000 livres de viande (à peu près 11,8 tonnes), 20000 miches de pain et 14 000 portions d´avoine et de foin. Ces types de réquistions alimentaires sur les territoires étrangers étaient assez courants à l´époque. Les soldats demandèrent d´abord aux représentants des villes et villages de leur donner une quantité de provisions bien définie. Les charges devaient être payées par le pays vaincu. Mais l´époque était dure et l´accomplissement des demandes constituait pour les Moraves un grand problème. La réquisition par la force et la confiscation de tout ce qui était à la portée représentaient une chose assez courante. Il faut remarquer que cela avait lieu souvent avec l´assistance assidue des autochtones. Certains aidaient volontairement les soldats à trouver des provisions cachées.

Brünn plein de prisonniers et de blessés

Comme vous le savez déjà, lors du déroulement de la bataille, les Français commencèrent à transporter les premiers blessés et prisonniers dans l´après-midi. Il y en avait des milliers au fur et à mesure de la bataille. Certains soldats avaient des plaies d´arrachement, certains n´avaient plus d´œil ou de membres. Beaucoup parmi eux avaient la tête écrasée et de graves blessures causées par des armes à feu. « On était tellement ému qu´on pleurait comme des enfants » écrivait le curé Horký. Un autre coup frappa la ville avec les blessés: l´épidémie de typhus qui se propageait vite et tuait des gens par dizaines. Ses ravages ne s’arrêtèrent qu’avec les premières gelées pendant Noël. Les réparations de guerre que l´Autriche vaincue devait payer à la France victorieuse constituaient la dernière goutte amère. Brünn devait en payer une partie importante. Les gens se désespéraient. « Aucune autre ville n´avait tellement souffert pendant la guerre que Brünn. » Le pire finit le 12 janvier quand le dernier soldat français quitta la ville.

D´où est la plus belle vue sur Brünn?

Toutes les peines mentionnées sont rappelées par l´Obélisque dans le parc Denis. Le mémorial fut même le témoin d’un coup de foudre. Pendant l´orage de 1887 le foudre frappa le sommet de la pyramide et glissa vers le bas sur la face occidentale de l´obélisque et fendit quelques blocs de pierre. Ils furent remplacés mais des fissures rappellent encore aujourd’hui cet événement. Vous pouvez aussi profiter de ce parc pour le repos et l´amusement. Lors de vos promenades sur les remparts restaurés vous pouvez rencontrer aussi un musicien avec son accordéon ou des danseurs de Brünn - maîtres de salsa. Le clou du spectacle est qu´on a ici la vue la plus romantique sur Brünn. Vous verrez par exemple la forteresse de Spielberg ou la place Mendel avec le couvent du Vieux Brünn et la basilique de l´Assomption de la Vierge Marie. La Place doit son nom à Johann Gregor Mendel. Cet abbé du couvent des Augustins du Vieux Brünn est célèbre pour sa découverte des lois de l´hérédité et est le fondateur de la génétique. Il est triste qu´il n´ait pas connu la gloire pendant sa vie. Il pensait que ses expérimentations avec le croisement des épervières étaient fausses et il les mit de côté. Son œuvre n´était appréciée que par les scientifiques au début du XXe siècle. Nous ne pouvons pas omettre l´apport de Mendel dans le domaine de la météorologie et de l´apiculture. Il fut le premier au monde à décrire l´apparition des tornades. En raison de son intérêt pour l´apiculture, il fit pousser des plantes sur les collines sud de Spielberg jusqu´alors sauvages de ses propres moyens pour que les abeilles pussent féconder les plantes. Ceux qui sont intéressés par la biologie peuvent visiter aujourd’hui la serre où Mendel travaillait jadis. Ils la trouveront dans le jardin du couvent du Vieux Brünn où réside le musée Mendel. L´autre monument historique situé près du Parc Denis est connu de chaque habitant de la République Tchèque. Il l´ont rencontré au moins une fois pendant qu´il payaient. La cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul figure sur la monnaie de dix couronnes. Cette dominante mérite votre visite aussi. Ses tours, hautes de 84 mètres ont été réalisées d´après le projet de l´architecte August Kirsten. Même si l´extérieur est gothique, les deux tours sont néogothiques. La partie intérieure est plutôt baroque.