La Moravie de Napoléon
l'histoire d'Europe a portée de la main
mon excursion
12 / Les feux de Girzikowitz (Jiříkovice)


GPS: 49.184349N, 16.757418E

12 / Les feux de Girzikowitz (Jiříkovice)

précédant suivant

Girzikowitz se trouve au sud-est de Žuráň, borné au nord par la route d´Olmütz. La légende dit que le fondateur fut un certain Jiří (George) qui donna le nom au village. Même si Girzikowitz ne fut pas trop frappé par des combats directs, le terrain autour du village servit avant la bataille comme position initiale du IVe corps de Soult avant l´attaque du plateau de Pratzen. Pendant et après la bataille, le village procura asile aux blessés. En plus, une histoire est liée à cet endroit sous le nom des « feux de Girzikowitz ».

Les flammes pour l´empereur français

La veille de la bataille Napoléon contrôla la position de ses unités. Tout à coup, il trébucha dans l´obscurité. Peut-être qu’il butta contre une souche ou un soldat endormi. Le soldat attentif alluma un bouchon de paille pour éclairer le chemin à l´empereur. Bientôt d´autres s´ajoutèrent et lèvèrent la paille enflammée avec leurs armes. Ils acclamèrent leur empereur. La bataille du lendemain tomberait pour le premier anniversaire du couronnement de l´empereur. Napoléon se souvint souvent avec émotion de ces ovations. La singularité de ce moment fut indescriptible. Mais la paille brûlait vite et le feu demandait d´autre nourriture. Vint le tour des chaumes des toits des maisons et des granges de Girzikowitz. En plus, les soldats installés dans les environs du village avaient déjà utilisé pour se chauffer tout ce qu´ils pouvaient brûler. Les fenêtres et les arbres coupés tombèrent, victime des feux. Les pauvres villageois observaient ce théâtre tristement de leurs refuges. Entre-temps, les dispositions pour la bataille du lendemain furent copiées et transmises aux commandants. Contre le centre et l´aile des alliés se déploierait le corps du maréchal Nicolas Jean de Dieu Soult près de Girzikowitz et Telnitz. Soult était fils de notaire et il servait dans l´armée depuis ses seize ans. Sa carrière commença à bien progresser après la Révolution où Napoléon s´aperçut de son talent militaire. Il commanda le plus grand corps d´armée avec trois divisions d´infanterie et une division de cavalerie. Avec raison, il ne déçut pas la confiance de son empereur.

Une excellente vue

Un bon lieu d´observation est formée aujourd’hui par la route au nord du village qui mène de Bosenitz (Tvarožná) à Girzikowitz. On y voit la vallée de la petite rivière Roketnice où était concentrée la division française des grenadiers autour de Žuráň. On peut voir vers l´est les Anciens vignobles (Staré vinohrady). En direction du nord, derrière la butte de Žuráň dans la zone appelée « Loučky », se concentrait la réserve de la cavalerie du prince Murat. Murat était fils d´aubergiste et devait d´abord devenir homme d´Église. Au lieu de cela, il se fit recruter dans l´armée où sa carrière dans la cavalerie légère royale s´éleva rapidement. Il garantit définitivement sa position avec son mariage avec la sœur de l´empereur, Caroline. C´était un homme plein d´élan, avec de temps en temps une inclination à la théâtralité, audacieux, peut-être même vantard. Mais il avait des mérites incontestables dans l´organisation et l´entraînement de la cavalerie de Napoléon.

Le plan de bataille de l´empereur français

Le plan de Napoléon était bien réfléchi. Il céda à l´armée des alliés d’avantageuses positions de défense sur le plateau de Pratzen et ses anciens vignobles. Il comptait sur le fait que les alliés voudraient attaquer les positions françaises dans la vallée de Goldbach et par conséquent seraient obligés de quitter leur position sur la colline et de descendre vers le ruisseau où ils supposaient être les principales forces françaises . L´aile gauche française se tournerait ensuite au sud et de cette position attaquerait le côté droit de l´armée des alliés qu´elle repousserait vers le IIIe corps d´Armée du maréchal Davout. Ce dernier arriverait entre-temps de Raigern et s’opposerait en faisant barrage aux colonnes des alliés descendant du plateau de Pratzen.

Napoléon devina bien les intentions de l´ennemi et commença presque la bataille comme une partie d´échec. Pourtant son plan ne réussit pas à 100%. Le corps de Davout arriva à sa destination assez fatigué et considérablement affaibli après la longue marche de Vienne. Par conséquent, on ne pouvait pas compter sur le fait qu´il serait capable de supporter l´attaque planifié sur l´aile gauche des alliés. Pourtant à la limite de ses forces, il fit son devoir et ne permit pas aux unités russes et autrichiennes de les enfoncer et empêcha ainsi qu´ils envahissent les Français dans leur arrière-garde. La décision des alliés de mener l´attaque plus au sud que Napoléon n’attendait pas, fut essentiel pour le déroulement ultérieur de la bataille. Mais cela nécessita aussi la réorganisation du positionnement des colonnes des alliés. Cette « opération » prit plus de temps qu´il fallait – les colonnes d´infanterie se gênèrent entre elles. Ce retard causa le fait que le maréchal Soult dut combattre pour la colline de Pratzen (il pensait à l´origine qu´elle serait déjà déserte et qu´il l’occuperait sans combat.) et en même temps, Davout eut assez de temps pour renforcer la défense sur Goldbach et arrêter l´avancée des alliés entre Telnitz et Sokolnitz où ils voulaient mener l´attaque principale d´après leur plan.

Rohlenka ne s´appelle pas d´après rohlík (le croissant)

Une auberge nommée Rohlenka se trouvait sur le côté nord de Girzikowitz près de la route vers Olmütz. Elle a pu obtenir son nom d´après le premier propriétaire « Rohlen »ou d´après sa position dans le coin du champ. Le plus probable est que le nom provient de l´avancée du cadastre de Girzikowitz dans laquelle se trouve l´auberge. Les habitants l´appelait « Rohel ». Rohlenka fonctionne jusqu´à nos jours. Vous trouverez à la place de l´auberge un restoroute (lors de sa reconstruction au milieu des années quatre-vingt-dix du XXe siècle on trouva une tombe collective, ce qui rappelle qu´il y avait un dispensaie militaire en 1805). A Puntowitz (Ponětovice) qui se trouve pas loin d´ici (au sud-est de Girzikowitz) se trouvait le poste de secours provisoire. On dit parmi les habitants que la route vers çe dispensaire militaire de Schlappanitz était rougie par le sang des soldats blessés. Si vous visitez Puntowitz pendant la période de l´été vous pouvez vous arrêter dans la vallée pittoresque entre Girzikowitz et Puntowitz et près de l´étang de Puntowitz.